header

  Erlanger Kammerorchester

En mai 2010, nous avions la joie d'accueuillir l'Orchestre d'Erlangen lors du week end de la Pentecôte. En 2007 c'est l'orchetre Ars Juvenis qui s'était déplacé en Allemagne.

http://www.erlanger-kammerorchester.de/

Traduction d'articles de presse sur le dernier échange d'Ars Juvenis avec l'orchestre d'Erlangen en Allemagne

Ode aux amis

Applaudissements frénétiques pour le concert de jumelage

C’est par un concert de jumelage dans la Redoutensaal que l’orchestre de chambre d’Erlangen et l’orchestre Ars Juvenis de Rennes ont fêté leur profonde amitié vieille de 30 ans. L’harmonie de la ville jumelle Eskilstuna était venu apporter son soutien.

« Aujourd’hui vous assistez à un concert très particulier », avait dit Ulrich Kobilke, le chef de l’ensemble d’Erlangen en s’adressant au public dans la salle en guise de préparation au plaisir musical, et il avait raison à trois égards. D’une part, il s’agissait de la création d’ »Episodes », œuvre écrite spécialement pour cet anniversaire par Louis Dumontier qui dirigeait l’orchestre « Ars Juvenis » pendant de longues années et était un acteur essentiel de l’amitié avec Erlangen. Mais il est mort peu de temps après avoir achevé cette œuvre.

D’autre part c’étaient les soli du bassonniste Oleksiy Tkachuk de l’orchestre symphonique de Bamberg qui, dans le concerto pour basson et orchestre en Fa majeur de Carl Maria von Weber, provoqua de ovations enthousiastes du public.

Et enfin c’était la production de l’ensemble des musiciens qui, sous direction d’Ulrich Kobilke avant l’entracte, et plus tard sous la baguette de Patrick Otto, le chef d’ »Ars Juvenis » offrit une performance de maître avec la symphonie n°1 en Do majeur de Charles Gounod. Et pourtant il faut tenir compte qu’après tout l’ensemble se composait de musiciens d’Eskilstuna, de Rennes et d’Erlangen qui n’avaient encore jamais joué ensemble et n’avaient que relativement peu de répétitions communes. Ceci force encore plus l’estime face à la performance fantastique des musiciens et de leurs chefs. Applaudissant frénétiquement des mains et des pieds et à la fin de ce concert de presque deux heures, le public témoigna de sa reconnaissance et inspira Patrick Otto à un Bis.

Tout simplement merveilleux

Au pupitre des altos Adolf Pongratz, à 85 ans, est toujours membre actif de l’orchestre dont il est le co-fondateur et qu’il avait dirigé pendant longtemps. « Je suis fier », dit-il, »de pouvoir participer encore ». Il a trouvé le concert « magnifique » et « tout simplement merveilleux » de pouvoir faire de la musique ensemble avec tant de jeunes gens. Le jeunes étaient une de ses préoccupations et c’est une des raisons du jumelage avec l’orchestre « Ars Juvnis ».

Lors de la réception au foyer du « Markgrafentheater », le maire d’Erlangen, Siegfried Balleis, faisait l’éloge du grand engagement du senior. C’est à lui et à son successeur Ulrich Kobilke que Louis Dumontier avait dédié ses « Episodes ».

article de Klaus Dieter Schreiter le 26 février 2007 à Erlangen

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

Comment la musique soude l’Europe

Depuis plus de 50 ans, l’orchestre de chambre d’Erlangen en concert avec des artistes de ses villes jumelées.

EeRLANGEN. Il avait vécu des choses terribles et beaucoup souffert pendant la Grande Guerre. Que les hommes peuvent se faire subir de telles cruautés, il n’arrivait pas à le comprndre. Aussi, rentré de captivité, Adolf Pongratz, âgé aujourd’hui de 85 ans, se demanda :

- « Que peux-tu faire, toi, Mr.Toutlemonde, pour qu’on ne recommence pas à se taper dessus »?

Des ponts musicaux

Voici sa réponse à cette question préoccupante : c’est possible par la musique. Dorénavant ce professeur au lycée Ohm-Gymnasium faisait de la musique avec les jeunes d’Europe et, en 1952, il fut co-fondateur de l’orchestre de chambre d’Erlangen.

Son engagement musical était important aussi dans les jumelages d’Erlangen avec les villes d’Eskilstuna en Suède et Rennes en France et au-delà avec des orchestres internationaux de jeunes. Se souvenant avec satisfaction de son travail, il se dit fier d’avoir contribué au rapprochement de la jeunesse européenne grâce à la musique. Du succès de ses efforts pour construire des ponts au moyen de la musique témoigne également le partenariat entre l’orchestre de chambre d’Erlangen et l’orchestre ‘Ars Juvenis’ de Rennes, jumelage que Pongratz co-fonda il y a 30 ans.

Cette amitié de longue date a été célébrée avec un concert exceptionnel des deux orchestres renforcés par des instruments à vent joués par des musiciens d’Eskilstuna dans la salle ‘Redoutensaal’ d’Erlangen. Des œuvres de Carl Maria von Weber et de Charles Gounod suscitaient l’enthousiasme du public.

Louis Dumontier, chef d’orchestre d’Ars Juvenis pendant de nombreuses années et fortement impliqué dans l’amitié avec les Erlangois, avait composé spécialement pour l’occasion ‘Episodes’ qu’il avait dédié à Adolf Pongratz et son successeur Ulrich Kubilke.

Dumontier décéda cependant juste après avoir achevé son œuvre. Cette pièce qui fut crée à l’occasion de ce concert d’anniversaire. a été acclamée par un public connaisseur.

Dans l’ensemble se trouvait Adolf Pangratz qui, à 85 ans, joue toujours son alto. Avec lui était de la partie Mathilde Tomi, étudiante de 18 ans. Elle est violoniste et un exemple du bon fonctionnement de l’amitié entre les deux orchestres.

chaire de poules

Dans les deux ensembles, les jeunes sont fortement intégrés dans l’activité ce qui garantit une amitié durable, d’autant plus que, grâce au séjour dans une famille d’accueil à Erlangen, bon nombre de jeunes Français et Françaises parlent comme Mathilde un allemand presque sans accent.

Ce concert d’anniversaire a « totalement enthousiasmé » Mathilde, et que le public applaudit avec mains et pieds à la fin lui a donné la chaire de poules. Dès maintenant elle attend avec joie la prochaine occasion pour faire de la musique ensemble avec ses amis d’Erlangen - et avec Adolf Pongratz.

K.D. Schreiter, le 25/02/2007, Journal de Erlangen